Centre Aquarécréatif de Tulle
Avenue Lieutenant Colonel Faro - Site de l'Auzelou - 19000 Tulle

SYNTHESE COLLOQUE DES MONITEURS ET DES CADRES DU CIALPC LORMONT DIMANCHE 26-12-2017

|

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

140 participants de la région se sont réunis à Lormont pour le colloque des moniteurs et des cadres, la Corrèze était présente avec une 10 aine de moniteurs et Présidents de club dont pour le CST : Bruno, Philippe et Valérie.

 

Voici une synthèse des points importants.

 

I) Prise en charge des accidents de décompression : Sébastien GARREC – MF2 infirmier hyperbare

 

statistiques 2016 Nouvelle Aquitaine : 10 200 licenciés, 20 accidents traités au caisson de Bordeaux. 13 plongeurs ont pu ressortir aprés une séance unique au caisson, 2 plongeurs ont eu plusieurs séances avec rééducation en raison d'une arrivée trop tardive au caisson.

Délai maximum de 6 heures entre l'accident et l'arrivée au caisson très important pour un rétablissement rapide et sans séquelle.

 

Le respect de se délai nécessite de :

 

  • verbaliser l'accident,
  • de ne pas avoir peur de signaler dés les 1ers symptômes,
  • de ne pas avoir peur du caisson.

plus un plongeur a un niveau élevé, plus le temps d'acceptation est long.

 

=> Rôle du moniteur :

 

  • enseignement théorique :
    - adapter contenu de formation en fonction du niveau du plongeur,
    - accentuer sur la prise en charge et la prévention,
    - toute apparition de symptômes aprés une plongée doit se traduire par l'appel d'un médecin

 

  • enseignement de la pratique :
    - mettre en situation régulière les plongeurs en formation sur l'annonce d'un accident et la prise en charge,
    - respecter les recommandations fédérales sur le nombre de remontées par séance.
    A ce sujet Sébastien rappelle que la fosse est très accidentogène malgré une profondeur «  de 20 m seulement ». Limiter le nombre de remontées en fosse par séance à 2 voire 3 si cela se justifie.

 

Plus tôt l'accident est pris en charge plus rapide est le traitement et surtout aucune séquelle. Plus le niveau de plongeurs est élevé plus nous sommes confrontés au déni. Privilégier une décision collégiale pour "répartir" la prise de décision : DP, Encadrants, Président, ...

 

=> Présentation du caisson de Bordeaux 

 

- il peut être visité pour dédramatiser (il y a de l'espace, les infirmiers accompagnent dans le caisson, on peut écouter de la musique....)
- le protocole de désaturation est fait en fonction des symptômes et non du profil de plongée.

En conclusion : on connait mal les mécanismes qui conduisent à la formation des bulles, donc nous devons appliquer le principe de prudence dans nos plongées.

 

  1. Accidents et responsabilités : Philippe SCHEINER, instructeur national juridique, responsable rubrique accidents et procédures de SUBAQUA

 

Infraction pénale : nécessite un élément légal, un élément matériel, un élément moral.

 

=> La responsabilité des Présidents de club :

 

Elle peut être engagée dans les cas suivants :

- défaut d'opposition,
- non respect du règlement intérieur,
- manque de suivi des stagiaires pédagogiques dans le club,
- matériel peut adapté au niveau des plongeurs ou en mauvais état (ex : condamnation suite à un TIV mal réalisé dans le club)

 

=> La responsabilité des Moniteurs :

 

Elle peut être engagée dans les cas suivants :

- mauvaise organisation et choix des sites de plongées (ex : plongée le long d'un tombant pour des N1, N2, N3 si N1 coule au fond risque de condamnation),
- non respect des réglements,
- incapacité à s'adapter et à effectuer des « transferts »,
- incapacité à détecter la nature des accidents (ex : un moniteur ne voit pas qu'un plongeur s'essouffle),
- faute d'inattention

 

=> La responsabilité des Plongeurs :

 

- plongeur isolé,
- plongée trop profonde,
- non assistance,
- bricolage et défaut d'entretien.

 

III) Assurances affinitaires Lafont : Marie-Josée ROULEAU, Directrice Ass. Affinitaires.

 

Cf site internet.

- Rappel : obligation d'information des licenciés.

- le matériel du club n'est pas assuré lors du transport (blocs), possibilité pour les clubs de souscrire une assurance moyennant 10 € par véhicule.

 

IV) Les E.P.I. Antoine Merle

 

C'est la Directive 89/686 CEE qui s'applique depuis 1992, elle concerne les APS au sens du code du sport. Cette Directive sera remplacée par un nouvelle réglementation en avril 2018.

Les clubs ont cependant une obligation par rapport aux 4 EPI suivants :

- les masques,
- les gilets,
- les détendeurs,
- les combinaisons.

Ces EPI doivent faire l'objet d'une fiche de suivi individuel ou d'un suivi sous forme de tableau excel (date d'achat, date de révison, état du matériel....).

présentation du CIALPC et conclusion du colloque par Bernard LABBE, Président du CIALPC.

Bonne santé du comité (5 salariés) et des formations de qualité dans le cadre de la base fédérale d'Hendaye.

Commentaires   

#1 Bruno 05-12-2017 23:42
Cette synthèse est fidèle à la journée
Merci Valérie

Vous n'avez pas les droits nécessaires pour poster un commentaire.

Catégorie :